Angelo Branduardi in Bad Pyrmont 

21st July 2007

Photos by Volker, Johanna and Elke Quednau

Comment by Elke Quednau - Traslation: Jeannine Renaux

 

 

 

 

 

Tout fan est exalté lorsqu’il se rend à un concert de son musicien préféré, mais cette fois, je me suis sentie comme si j’avais avalé des drogues – et que je planais dans le ciel comme un cerf-volant, même à 5:30 du matin. Lorsque j’ai regardé mes mails, il y en avait un de Susanne qui avait prévu de venir aussi. Malheureusement, une de ses collègues est tombée malade et elle a dû rester travailler. Vous pouvez imaginer sa déception! Pauvre Susanne!!!! Elle avait mis une poésie pour Angelo en pièce jointe; Ainsi , je l’ai imprimée sur papier et j’ai préparé une enveloppe avec le bonjour de quelques Bran.-ans. C’était le minimum que je puisse faire!

Je pense avoir déjà dit que j’ai plus ou moins grandi sur l’île du château, j’y ai été à l’école et fait la fête pendant des années. Cela a fait, que ce concert était pour moi, quelque chose d’encore plus spécial. Ces derniers jours, j’ai préparé le poster et un album contenant tous les documents que j’ai pu rassembler et qui annonçaient la venue d’Angelo, de manière à avoir le support idéal pour un autographe.

Samedi, je n’en pouvais plus d’attendre pour me rendre à Bad Pyrmont, j’ai fait un tour en ville – dans l’espoir d’y rencontrer Angelo. Après quelques coups de téléphone, Bärbel, Volker et moi, nous nous sommes rencontrés pour prendre une glace et un café ensemble. A la glacerie on nous a informés que l’on avait vu Angelo dans la rue commerciale principale, quelques minutes après que j’y sois passée.

Sur le chemin pour aller dire bonjour à mes parents, je me suis arrêtée au château. Du mur d’enceinte qui surplombe la cour, je pouvais voir les musiciens pendant qu’ils préparaient leurs instruments et faisaient les essais de sons. Etant donné que je connais tous les sentiers sur l’île je me suis servie d’une petite entrée souterraine pour voir l’arrière de la scène. Davide cherchait quelque chose dans son sac. Si j’avais su avant qu’il parle anglais, j’aurais pu lui parler. Je me suis contentée d’escalader le mur, tremblante et avec un énorme noeud à l’estomac. Il s’est retourné et m’a souri!

Lorsque je suis remontée sur le mur, mon coeur a cessé de battre lorsque j’ai vu Angelo sur la scène. Il était arrivé, il était réellement dans « ma » cour! Après avoir fait une photo de lui alors qu’il faisait les contrôles du son, je suis ressortie du  passage souterrain, mais j’étais du mauvais côté de la scène. Il y avait trop de matériel et trop de techniciens entre Angelo et mon appareil photo. Lorsque j’ai retrouvé ma respiration, je suis allée de l’autre côté et j’ai pu voir Angelo s’énerver. Je l’ai gardé dans l’objectif de mon appareil assez longtemps en espérant qu’il lève la tête. Mais il ne l’a pas fait.

A 17.30 il a été demandé à tous les visiteurs de quitter l’île – pour être sûr que personne ne rentre en cachette et n’ait pas payé sa place. Finalement j’ai été dire bonjour chez ma maman, récupérer ma fille Johanna et le Poster. Lorsque nous sommes revenues 30 minutes plus tard au château, il y avait déjà une file. Ainsi nous avons croisé d’autres fans qui arrivaient à leur tour! Avec le poster en main, le contact a été facile à nouer avec les autres et j’ai parlé de notre groupe. Une dame portait un T-Shirt Caminando Caminando et nous a dit qu’elle connaissait uniquement Sandra Bloh. Tous étaient impressionnés des nombreux pays représentés et surtout par les pays sud-américains! Bärbel e Volker sont arrivés, le temps passait et me rendait impatiente d’entrer et de trouver une bonne place. La première rangée avait été réservée pour les VIP, il fallait donc se dépêcher! A ce moment précis j’ai reçu un SMS de Susanne, étant donné qu’elle ne savait pas si j’avais reçu son mail. Yahoo a sans doute caché mon mail de réponse. Je pensais que j’aurais pu l’appeler pendant le concert pour lui faire entendre la musique un instant, mais il nous avait été demandé d’éteindre tous les gsm pendant le concert.

Lorsque les grilles se sont ouvertes, c’était comme en Allemagne de l’Est lorsqu’elle s’appelait encore RDA et il y avait des Bananas  à vendre. Tout le monde poussait pour être les premiers. Etant donné que les personnes n’allaient que jusqu’au milieu des rangées de sièges, j’ai fait le tour de l’autre côté et j’ai pu avoir une belle place au centre de la troisième rangée. Johanna et moi, avons gardé les places pour Bärbel, Volker ainsi que pour ma soeur Ulrike. Tout était parfait. Je suis en train de penser que, pas plus de 2 minutes après être entrés dans la cour, les 10 premières rangées étaient déjà complètes. Tout le monde n’éprouvait pas le besoin d’avoir des places devant et les gens continuaient à arriver. Ma soeur pensait qu’elle occupait la place d’un vrai fan mais pendant le concert, elle a réalisé d’en être une elle-même et a été complètement subjuguée par le spectacle.

D’habitude quand nous allons à un concert nous subissons un contrôle : il est interdit de rentrer avec des bouteilles (en plastique), de la nourriture, des parapluies, des sièges pliables et même des caméras. Mais cela ne s’est pas passé ainsi à Bad Pyrmont – nous aurions pu rentrer des armes, bombes, bouteilles de vodka, et toutes les caméras à trépied que nous souhaitions. J’étais abasourdie! Si je l’avais su, je serais rentrée avec une grande bouteille d’eau. Mais les organisateurs qui proposaient les boissons et de la petite restauration voulaient gagner leur vie aussi. Alors Johanna et moi nous sommes pris une minuscule bouteille d’eau et un Brezel chacune.

A 19.30 le ciel s’est couvert et il a commencé à pleuvoir. Certaines personnes assises sur l’extérieur des rangées, ouvraient leurs propres parapluies, mais nous, assises au centre, n’entendions que le bruit de la pluie. Les organisateurs avaient installé des places supplémentaires pour pouvoir vendre plus d’entrées, mais elles étaient mouillées. Les personnes assises à ces places là, ont déplacé leurs sièges dans les emplacements libres sous les grands parapluies (Lorsqu’ils ont construit ces grands parapluies, tout le monde critiquait le coût et le gigantisme de ces parapluies, mais lorsqu’ils sont ouverts, c’est vraiment magique, et tant d’argent est utilisé dans d’autres choses inutiles – cet argent là a été bien dépensé !)

A ce moment là, ils ont fait une annonce. Pour des motifs de Copyrights, photos et enregistrement n’étaient pas autorisés pendant le concert. Nos visages se sont assombrisJ’étais résignée et j’ai décidé d’enregistrer tout le concert dans ma mémoire, là où personne ne pouvait me le prendre.

 

 

 

   

 

Il Concerto >>

 

 

         


index

 

 

Powered by www.branduardi.info